Notre rubrique Santé

Shinrin-yoku : détox en forêt

L'immersion en forêt, ou "Shinrin-yoku" est la nouvelle tendance aux Etats-Unis pour se libérer de l'addiction au téléphone portable.

Les "nomophobes" (comprenez, dépendants au téléphone portable) qui souhaitent faire une cure de désintoxication ont plusieurs pistes pour faire une "digital detox". Au choix : partir en week-end en famille en éteignant son téléphone, se rabattre sur un aliment doudou comme le chocolat, compenser avec une autre activité plus épanouissante que le pianotage de smartphone comme le sport ou la lecture par exemple. Les Américains vantent les bienfaits d'une méthode 100% naturelle : le Shinrin-yoku, nom japonais qui signifie prosaïquement "bain de forêt".

Prendre l'air en pleine nature, rien de plus banal, dira-t-on. Mais les Américains ont compris que mettre leur smartphone sur Off et partir en forêt pour un Shinrin-yoku avait du bon. Cette pratique, suivie par les Japonais depuis les années 1980, n'a certes rien d'extraordinaire en soi. Mais elle repose sur l'idée que profiter de la nature aide à se ressourcer, à se débarrasser de mauvaises habitudes et à aller mieux.

Un bain de forêt sur ordonnance ?

Les Américains sont accros au numérique et sont de plus en plus nombreux à passer plus de sept heures devant des écrans mais aussi à rester scotchés sur leur smartphone. Ils se mettent donc au bain de forêt pour rechercher les bienfaits associés aux excursions en pleine nature.

Une immersion complète au milieu de la végétation avec tous les sens en éveil favorise la détente et l'oxygénation cellulaire.

Des médecins américains ont même décidé de surfer jusqu'au bout sur les "pouvoirs" de la nature sur la santé (baisse du niveau de stress ; meilleure estime de soi ; meilleure humeur ; système immunitaire renforcé ; mémoire, attention et créativité améliorées) pour proposer à leurs patients une "éco-thérapie". C'est le cas du Dr Robert Zarr, pédiatre à Washington, qui s'est récemment illustré dans les médias américains par son goût pour la prescription de bains de nature plutôt que des médicaments.

A l'heure où en France, on commence à "prescrire" du sport aux patients, pourra-t-on se faire prescrire un jour un bain de forêt sur ordonnance ?